Une Grande Écrivaine / Una Gran Escritora

Dernière mise à jour : 13 mars

EN FRANÇAIS

Dans son livre Le Grand Écrivain, cette névrose nationale, le critique Johan FAERBER annonce la fin du "Grand Écrivain" qui ne devrait pas nous manquer des masses. Il s'agit ici du Grand Écrivain Français mais sa réflexion doit être applicable à d'autres contextes culturels


Ça casse ferme, du Houellebecq, du Tesson, du Carrère, pour des raisons aussi diverses et variées que l'égotisme, l'égotisme et l'égotisme (bon, en vrai, il y a beaucoup d'autres développements intéressants, pour les connaître, lisez son livre)


Personnellement, j'ai bien ri, et me suis bêtement enorgueillie d'être confirmée dans certains de mes choix de non lecture


Il est clair qu'a contrario, je me pencherai à nouveau sur des auteurs que j'ai peu lus et que Faerber cite beaucoup, en particulier Nathalie Quintane et Olivier Cadiot (poète dont il a déjà été question ici)


En tout cas, la théorie de la fin du Grand Écrivain, figure ancestrale, paternaliste, voire nationaliste à ses heures, m'a paru stimulante. C'est pourquoi, même sans être toujours d'accord avec l'auteur, j'en recommande chaudement la lecture aux passionnés de littérature


Pourtant, pourtant, je dois dire qu'en parallèle, ma découverte de Liliane GIRAUDON est venu en quelque sorte contredire cette hypothèse théorique, dans le sens où j'ai trouvé là indubitablement une Très Grande Écrivaine


Dans Polyphonie Penthésilée, sa voix s'amplifie au fil des pages. En lisant son texte d'un trait, j'ai peu à peu eu la sensation étrange que l'autrice recouvrait tous les espaces de la pensée et du sensible avec ses mots


Il est évident que la force du texte dans son entier ne peut être restitué par un extrait. Mais je vous propose tout de même quelques fragments (à lire lentement), ceux figurant sur l'image ci-dessous, et issus du chapitre 3 intitulé Ce que les femmes font à la poésie. En espérant qu'ils vous donneront envie d'en lire plus


Liliane GIRAUDON

Polyphonie Penthésilée


l'art n'est qu'un trou / nous sommes faits de pièces et de morceaux

la Dickinson bien loin devant tous

cœur à deux ventricules / dépêche-toi de faire une phrase / chou blanc des tragédies

les voyelles scintillent sous les nuages / l'inusable semence verte des haines raciales

une méthode compositionnelle

amatrice de chambres autant que de forêts triangulaire

"repends-toi seulement de ne pas l'avoir fait assez" / nous nous retrouvions dans un bar

le poème en expérience coagulée / cette histoire commune et non commune

une caisse posée dans la lumière du soir

on doit sentir ce qu'on écrit c'est la Stein qui le dit / loin de tout caractère local ou d'époque

labiales gutturales ou fricatives

du temps beaucoup de temps / une langue c'est un tumulte

au fond du sac quelques prunes pas vraiment vertes

la mélodie n'a pas été conservée par les manuscrits

rouge élémentaire au cœur de l'axe


EN CASTELLANO

En su libro Le Grand Écrivain, cette névrose nationale (El Gran Escritor, esta neurosis nacional), el critico Johan FAERBER anuncia el final del “Gran Escritor” que no deberíamos extrañar mucho. Solo hablamos acá de literatura francesa pero seguro que algunas de sus reflexiones serian válidas en otro contexto


Destruye bastante a unas de las figuras nacionales de la literatura como Michel Houellebecq, Sylvain Tesson o Emmanuel Carrère por razones tan diversas como el egotismo, el egotismo y el egotismo (bueno, en realidad desarrolla muchos más argumentos, esperemos que sean traducidos al castellano un día…)


Me reí bastante con esta lectura, y hasta me sentí idiotamente orgullosa de estar confirmada en unas elecciones mías de no lectura


Al contrario, está claro que me meteré de nuevo en autores que leí poco y que están muy citados por Faerber . Los primeros serán Nathalie Quintane (de la cual encontré un libro traducido al castellano “Una Americana”) y Olivier Cadiot (poeta que ya mencioné acá pero que no esta traducido al castellano – todavía)


En todo caso, la teoría de la muerte del Gran Escritor, figura ancestral, paternalista y nacionalista, me pareció reinteresante, que uno este de acuerdo o no


Pero, pero, pero, quiero decir que, al mismo tiempo, mi descubrimiento de Liliane GIRAUDON vino de alguna manera contradecir esta muerte, ya que encontré con ella une Muy Grande Escritora


En su libro Polyphonie Penthésilée, su voz se amplifica a lo largo de la lectura. Leyéndolo de un tirón, tuve la sensación extraña de que la autora cubría todos los espacios del pensamiento y de lo sensible con sus palabras


Para convencerlos, traduje acá unos fragmentos sacados del capítulo III de que tiene por título Lo que las mujeres hacen a la poesía


Como sabrán algunos, el castellano no es un idioma materno para mi, así que esta traducción no es nada oficial ni de cerca ni de lejos. Seguro que se pierde mucho, más que todo en ambivalencia, pero espero que, a pesar de las problemáticas lingüísticas, la poesía llegue


Liliane GIRAUDON

Polyphonie Penthésilée


el arte no es nada más que un agujero / estamos hechos de piezas y pedazos

la Dickinson muy por delante de todos

corazón de dos ventrículos / apúrate de formar una frase / fracaso de las tragedias

las vocales titilan bajo las nubes / la indestructible semilla verde de los odios raciales

un método compositivo

aficionada de dormitorios como de bosques triangulares

arrepiéntete solo de no haberlo hecho lo suficiente” / nos encontrábamos en un bar

el poema en experiencia coagulada / esta historia común y no común

una caja puesta en la luz de la tarde

debemos sentir lo que escribimos es la Stein quien lo dice / lejos de todo carácter local o de época

labiales guturales o fricativas

tiempo mucho tiempo / una lengua es un tumulto

en el fondo de la bolsa unas ciruelas no exactamente verdes

no se conservo la melodía en los manuscritos

rojo elemental en el corazón del eje

Collage de Liliane GIRAUDON Chap III

Les lectures du mois de février dans le métro parisien :

Las lectures del mes de febrero en el metro parisino con apariciones traducidas:

BALZAC La maison du chat-qui-pelote

Max GALLO Le pacte des assassins

Franck HERBERT Dune

Leïla SLIMANI Le pays des autres

Claire MARIN Rupture(s)

Alexandra MIDAL Design

Tom WOLFE Le bûcher des vanités

MANKELL Meurtriers sans visages

Un Larousse de poche des fleurs sauvages


Un homme en FaceTime avec le pays dans une langue que je ne parviens pas à identifier. Il parle d'abord à une femme, puis à des enfants rieurs quand, soudain, on entend un bouc bêler ! Une bande son plutôt rare dans le métro


Un hombre habla por FaceTime con un país y en un idioma que no puedo identificar. Primero, habla con una mujer, luego con unos chicos risueños cuando, de repente, ¡se escucha un macho cabrío balando! Un sonido bastante raro en el metro


Madeline MILLER Le chant d’Achille

Pénélope BAGIEU Joséphine

Pascal BONIFACE (sous la Dir. de) L’année stratégique 2022

Ken FOLLETT

Dante ALIGHIERI Vita nova

Jonas JONASSON Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire

Cyril DION Petit manuel de résistance contemporaine

M.J. ARLIDGE La maison de poupée

Paul AUSTER

Pierre M. GALLOIS L’adieu aux armées

Adeline DIEUDONNÉ Kérozène

DOSTOÏEVSKI Crimes et châtiments


La conductrice de métro qui klaxonne tous les collègues qu’elle croise qui la klaxonnent en retour à de multiples reprises. Je me demande si elle revient de congés maternité ou un truc dans le genre


La conductora del metro que toca la bocina a todos los trenes que cruza, quienes a su vez le tocan la bocina varias veces. Me pregunto si acaba de volver de licencia por maternidad o algo así


Joey STARR Le petit Didier

Romain GARY Les racines du ciel

Cédric GRAS Vladivostok

Aline KINER La nuit des béguines

Bruno COMBES La part des anges

Bruno TINEL Dette publique : sortir du catastrophisme

Soupe de grenade (non trouvé)

L'imam AL-GHAZÂLÎ Le Jihâd contre soi-même

Nicolas JOUNIN Voyages de classes

KAWABATA Pays de neige

Franck THILLIEZ

Liliane GIRAUDON Polyphonie Penthésilée

Victor HUGO Les fleurs

Dino BUZZATI Il deserto dei tartari 😍

TOLSTOÏ

Karine TUIL L’insouciance

Elisabeth Jane HOWARD Étés anglais

Toni MORRISSON


Un enfant dit à sa mère en lui tapant l’épaule avec son poing : "arrête de parler espagnol"

Un autre qui pose un problème de géométrie à sa sœur de 6-7 ans cernée jusqu’aux genoux


Un chico le dice a su mama, mientras le pega el hombro con su puño: “deja de hablar castellano”

Otro le propone un problema de geometría a su hermanita con ojeras hasta las rodillas (tampoco se dice en francés)


Lajos ZILAHY Les Dukay

Joseph KESSEL Les cavaliers

Harlan COBEN

Cyril DION Animal

Manon GARCIA On ne naît pas soumise, on le devient (un jeune homme)

Virginia WOOLF


En chemin pour le Parc de Princes, un père à son fils : "fais attention ou j’appelle le chauffeur et t’iras pas à ton match"


Un vieil homme manifestement fatigué sortant d’un boulot probablement difficile s’assied alors qu’une femme semble considérer qu’il devrait laisser sa place à son fils de 7-8 ans…

Éternelle remise à jour de la lutte des places


Un hincha del PSG a su hijo llendo a la cancha: “cuidado o llamo al conductor y no vas a ir a ver tu partido”


Un hombre claramente cansado sale de su trabajo que podemos imaginar penoso y se sienta, mientras una mujer parece considerar que tendría que dejar su asiento à su hijo de 7 o 8 años…


Robert JORDAN La bannière du dragon

Harlan COBEN À toute épreuve

Marie-Louise

Jean SEVILLIA L'histoire inédite de la France en 100 cartes

Johan FAERBER Le grand écrivain, cette névrose nationale

Maud AMANDIER Alice CHABLIS Le déni Enquête sur l'église et l'égalité des sexes


Le gagnant du mois est / el ganador del mes es :

Harlan COBEN


Otras publicaciones del blog disponibles en castellano :

Sesión: el fragmento de una sesión con un chico tartamudo de 5 años que le gusta mucho la pintura

El subte de Sergio Chejfec y Rafael Bueno: tal como lo dice el título

Junio y DFW: David Foster Wallace, un autor norte americano que cito pero no traduje porque está muy difícil pero se encuentran sus libros en castellano. Igual los comentarios de la lista están traducidos

La isla desierta: un delirio sobre los libros que habría que llevarse en una isla desierta…

Abril: otro mamarracho sobre las bolsas y los afiches vistos en el metro y sus "mensajes". Único: los comentarios de la lista, y hasta los títulos de los libros de la lista, están traducidos

La Barceloneta: un momento en familia en la playa de Barcelona (antes del covid…). No estábamos solos


#transportslitteraires

#encastellanotambien

#johanfaerber

#lilianegiraudon

2 commentaires