Juin et DFW / Junio y DFW


Pour ce mois de juin en retard, une liste brute, une petit conseil de lecture et quelques passagers :


Juin Chimamanda Ngozie ADICHIE Americanah

Paul DOHERTY

Camille GOUDEAU Les chats éraflés

Stefan ZWEIG

Max


En allant au Louvre : Georges DIDI-HUBERMAN La peinture incarnée

En sortant d'une séance de psy : Ian HACKING Entre sciences et réalité


Camille KOUCHNER La familia grande

Agathe TUPALA KABOLA Le bilinguisme, un atout dans son jeu (que je recommande chaudement aux professionnel.le.s et aux personnes concernées par le sujet)

Rachel KHAN Racée

Lucinda RILEY La sœur disparue

Charles PÉPIN Les vertus de l'échec

Stefano MASSINI

Jean D'ORMESSON Voyez comme on danse


Le conducteur se fait plaisir : "Bonjour, vous êtes sur la ligne 9 du métro, il est 18h31 et nous allons bientôt partir de République. La circulation est fluide et vous devriez donc arriver à l'heure destination. La RATP vous souhaite un agréable voyage sur notre ligne"


Mon père est un gangster

Franz KAFKA Le Procès

Alexandra DAVID-NÉEL Voyage d'une parisienne à Lhassa

Roberto BOLAÑO El gaucho insufrible

Luis SEPULVEDA


Le jeune homme à côté de moi très heureux de ne regarder que des vidéos de cuisine avec des plats de pâtes pendant tout son -long- trajet. Je me demande s'il est professionnel, ou étudiant, ou si c'est juste "satisfazing" comme dirait une certaine A.


Taito KUBO Bleach

Lisa GARDNER


Les minutes d'attente affichées sur le quai du métro marseillais paraissent plus longues que celles de métro parisien


Confusion


Le mec ultra chic, avec un bracelet chapelet (si, si) se marre quand l'un de ses 3 garçon lui explique comment ils se foutent sévèrement des profs en cette fin d'année. Seule remarque de sa part : "fais gaffe quand même, tu l'auras peut-être l'année prochaine"


Anne DELBEÉ Une femme

Eric J. HOBSBAWM L'ère des révolutions

Mario VARGAS LLOSA L'homme qui parle

John GRISHAM


La voix du métro dit "hôtel de ville" et la voix d'un passager surenchérit "hôtel des juifs gays"


William BOYLE L'amitié est un cadeau à se faire

Isaac ASIMOV Terre et fondation

Viktor PELEVINE Ontologie de l'enfance

Stephen KING

Jerry STAHL À poil en civil

Dominique LEGRAND Paradise Island


Assez tard, le mec tout content de prendre en photo une brochette de contrôleurs sur le quai d'en face. Lesdits se marrent et tout le monde finit en faisant le signe "mort aux vaches"


Jean-Christophe RUFFIN

PLATON Le sophiste


Le mec trop content de taper des mocassins en rythme et très fort sur la musique slave de la chanteuse qui passe dans la rame. Il ne donnera pas sa pièce


Paula HAWKINS La fille du train


David FOSTER WALLACE Considérations sur le homard (tome II) Ce livre est un délire intersidéral, ni plus ni moins. Imaginez un peu ma joie en découvrant un auteur capable de produire une article de 120 pages sur la lexicographie américaine. Il y évoque les guerres fratricides entre différents courants de la linguistique : les descriptivistes (supposément progressistes de gauche, contre la "morale" grammaticale, en résumé) et les prescriptivistes (en principe, réacs de droite, pour un respect du "bon usage" de la langue).


L'auteur, prof de littérature à l'Université, a son propre avis et, pour nous y rallier, il utilise des exemples cocasses et des arguments furieusement convaincants. Il déploie sa propre terminologie et abuse des notes de bas de page drôlatiques qui sont comme des essais dans l'essai. Il n'hésite pas, par exemple, à se qualifier de "BÊCHeur", soit "le genre de personne qui trouve qu'il n'y a rien de plus amusant, le dimanche, que de traquer la moindre erreur dans la prose de Safire." (chroniqueur dans le New York Times Magazine)


J'ai lu quelque part que David FOSTER WALLACE disait ne pas comprendre pourquoi les gens le trouvaient drôle, que ce n'était pas volontaire de sa part. Mais volontaire ou pas, pour peu qu'on partage avec lui quelques centres d'intérêt, on se marre vraiment !


Les autres articles portent sur Kafka, Dostoïevski, Updike, une biographie de Tracy Austin (tenniswoman américaine) ou encore le traitement de l'information dans une radio locale conservatrice.


Pendant toute ma lecture, j'ai pensé à la traduction : comment la traductrice, en l’occurrence Jakuta ALIKAVAZOVIC (également écrivaine), avait-elle fait pour nous restituer une telle prose et surtout pour nous permettre de suivre les pensées alambiquées de l'auteur ? Hypothèse : non seulement c'est un métier, mais en plus, elle y est très douée ! Et je parierais qu'elle s'est marrée aussi en traduisant.


Un petit extrait, pas pris au hasard, dans un court article traitant d'un livre de John UPDIKE, l'un des GMN (Grands Mâles Narcissiques) de la littérature américaine, selon David FOSTER WALLACE :


[...] Updike est explicite, il voit l'impuissance finale du narrateur comme une catastrophe, l'ultime symbole de la mort elle-même, et il souhaite clairement qu'on la pleure autant que Turnbull. Je ne me sens ni choqué ni offensé par cette attitude ; c'est surtout que je ne la comprends pas. Qu'il soit vivace ou flasque, le malheur de Ben Turnbull saute aux yeux dès la première page. Jamais, pourtant, il ne lui vient à l'esprit que s'il est si malheureux, c'est du fait d'être un connard.



Lola LAFON La petite communiste qui ne souriait jamais

Martin GRAY Au nom de tous les miens


Le mec dans le bus qui explique à son amie que Baselitz, c'est de l'art brut


Albert CAMUS L'été

Bernard MINIER La Vallée


Pas de gagnant.e à notre grand jeu concours pour ce mois de juin un peu faiblard. Il faut dire que j'ai manqué de nombreux livres croisés. Peut-être préféraient-ils rester incognito...


Acá mismo, va la lista de los libros que pude identificar en este mes de junio en los transportes públicos. Están acompañados de alguna gente :


Chimamanda Ngozie ADICHIE Americanah

Paul DOHERTY

Camille GOUDEAU Les chats éraflés

Stefan ZWEIG

Max


Llendo al Louvre : Georges DIDI-HUBERMAN La pintura incarnada

Saliendo de una cesión de psy : Ian HACKING Entre ciencias y realidad


Camille KOUCHNER La familia grande

Agathe TUPALA KABOLA Le bilinguisme, un atout dans son jeu

Rachel KHAN Racée

Lucinda RILEY La sœur disparue

Charles PÉPIN Les vertus de l'échec

Stefano MASSINI

Jean D'ORMESSON Voyez comme on danse


En conductor se divierte : "Buen día, están en la línea 9 del subte, son las 18h31 y vamos a salir pronto de République. El trafico esta fluido y entonces tendrían que llegar a la hora. La RATP les desea un lindo viaje en su compañía"


Mon père est un gangster

Franz KAFKA Le Procès

Alexandra DAVID-NÉEL Voyage d'une parisienne à Lhassa

Roberto BOLAÑO El gaucho insufrible

Luis SEPULVEDA


El chico al lado mío muy contento de mirar videos de cocina con platos de pastas durante todo su -largo- trayecto. Me pregunto si es profesional, o estudiante, o si simplemente es algo “satisfazing” como diría une cierta A.


Taito KUBO Bleach

Lisa GARDNER


Los minutos de espera marcadas en el anden del subte marsellés parecen mas largas que las del subte parisino


Confusion


El tipo muy chic, con una pulsera tipo rosario se ríe cuando uno de sus 3 hijos le explica como se burlan de los profes en este fin de año. Única reflexión de su parte: “tengas cuidado igual, podrías tenerlo el año que viene”


Anne DELBEÉ Une femme

Eric J. HOBSBAWM L'ère des révolutions

Mario VARGAS LLOSA L'homme qui parle

John GRISHAM


La voz del metro dice “hôtel de ville” y la voz de un pasajero agrega “hôtel de los judíos gays”


William BOYLE L'amitié est un cadeau à se faire

Isaac ASIMOV Terre et fondation

Viktor PELEVINE Ontologie de l'enfance

Stephen KING

Jerry STAHL À poil en civil

Dominique LEGRAND Paradise Island


Bastante tarde, el tipo super feliz de sacar una foto a una banda de controladores en el muelle de enfrente. Estos se ríen y todos acaban haciendo con la mano el signo de los hard rockers


Jean-Christophe RUFFIN

PLATON Le sophiste

Paula HAWKINS La fille du train


El tipo super feliz de machacarnos los oídos con sus tacones al ritmo de la música eslava de la cantante que pasa en el vagón. No dará ninguna moneda


David FOSTER WALLACE Considérations sur le homard (tome II) Lean los artículos de DFW si los encuentran en castellano, son un delirio intelectual que no se puede creer (pero no me da el tiempo traducir lo que escribí en francés, que me disculpen...)


El tipo en el colectivo que le explica a su amiga que Baselitz, es arte bruto


Lola LAFON La petite communiste qui ne souriait jamais

Martin GRAY Au nom de tous les miens

Albert CAMUS L'été

Bernard MINIER La Vallée


Ningún autor gana este mas ya que ninguno apareció 2 veces. Hay que decir que muchos libros me escaparon. Capas que preferirían quedarse incognito…