Les enfants d'abord

Mois de Juillet 2021, dans le métro parisien :


Ken FOLLETT

Virginie DESPENTES Vernon subutex

Un livre en hébreu


La petite fille (2 ans et demi ?) mange des chips avec sa mère. Elles sont complices toutes les deux, même si quand la petite veut se mettre debout sur le siège, ça barde assez vite dans une langue que je ne reconnais pas.

Je les regarde, je crois bien que ma voisine de siège regarde aussi. On sourit sous nos masques et apparemment, la petite doit s'en rendre compte car au moment de sortir du métro, elle vient me pour me serrer dans ses bras, sa maman sourit en disant qu'il faut y aller et la petite ne résiste pas à un arrêt supplémentaire auprès de ma voisine. Une fois sur le quai, la mère et sa fille de nous faire des au revoir avec la main et de partir en sautillant.

Je crois que c'est la première fois que ça m'arrive


??? de l'art militaire

Tatiana de ROSNAY Célestine du bac

Dan BROWN Deception point

Le Blockchain Une révolution dans l'immobilier


Une adolescente à son plus jeune frère qui s'allonge sur la banquette :

- Tu fais quoi là ? T'es pas chez toi !

Suite à quoi la fratrie de 3 s'installe, collés les uns aux autres

Quand la mère, avant de sortir, secoue un peu la plus jeune qui s'est assoupie, l'aînée, à nouveau :

- C'est comme ça que tu la prends, mais ça va pas maman !


Lise BOURBEAU Les 5 blessures qui empêchent d'être soi-même

Caroline KEPNES You love me

Joël DICKER L'énigme de la chambre 622

Jean-Christophe GRANGÉ Kaïken


En route pour le musée du quai Branly avec une collègue, une stagiaire et 5 enfants (dont 3 étaient déjà venus au Louvre avec moi précédemment). Le métro est blindé, il fait chaud.

On donne des indications, on s'organise, on leur parle un peu de la visite que l'on va faire. Nous aurons la chance d'avoir une guide qui va nous raconter des histoires à partir d'une sélection d’œuvres représentant des animaux venant de tous les continents.

Samir, le plus jeune de la partie (7 ans), tout content d'avoir pu accompagner son frère et sa sœur ainés pour la première fois, pose des questions. J'explique un peu le principe du musée, les continents. Au mot "Afrique", il s'exclame :

- De mon Afrique à moi ? De mes parents ? De mes origines de mes parents ? La même Afrique ? Mon Afrique ?

- Oui, la même, Samir, la même que celle où tes parents sont nés.

Au musée, quand la guide parlera de l'Afrique, il recommencera, aussi incrédule qu'heureux


Virgil GHEORGHIU De la 25ème heure à l'heure éternelle

Andrzej SAPKOWSKI Le Sorceleur

Revue DÉBRIDÉ éditée par Le Cénacle des 13. C'est moi qui la lis et je vous la conseille au passage

John C. WRIGHT Le dernier gardien des rêves

J. K. ROWLING Harry Potter

George R. R. MARTIN

Delphine de VIGAN Les enfants sont rois

Steve BRUSATTE Le triomphe et la chute des dinosaures

Un livre en portugais sur une tablette

Anne BISHOP Terre brûlée

Roger PEYREFITTE L'exilé de Capri

Simone VEIL Une vie

Richard FORD L'état des lieux


Une très jeune maman monte dans le wagon déjà bien rempli. J'entends la voix rauque du bébé qui doit beaucoup crier. L'articulation est un peu floue encore mais je crois reconnaître quelques mots d'anglais.

Je me décale un peu pour laisser à la jeune femme la place du strapontin sur lequel elle s'écroule presque. Elle a les traits tirés, ses yeux se ferment, elle est à bout.

Le bébé (18 mois ?), bien fringant, ne cesse de chercher une réaction de sa mère. Il s'agite, veut sortir de la poussette, crie plus ou moins. Je crois identifier des "I got this" par-ci par-là. Il pointe tout un tas de choses, ses chaussures surtout qu'il enlève 10 fois de suite. La mère ne dit rien mais fait les gros yeux, menace avec le doigts, lui remet les chaussures 10 fois de suite, de plus en plus brusquement. Elle n'en peut plus.

Elle n'a plus aucune ressource pour faire diversion, lui proposer autre chose que le conflit.

Je fais quelques marionnettes avec les mains. Ça l'intéresse, il imite. Il me tend sa tétine, je la prends, je lui rends, on parle un peu bébé.

La mère ne paraît même pas soulagée. Je la regarde, lui sourit avec les yeux, m'adresse à elle succinctement, qu'elle sache que je suis de son côté. Pas plus de réaction de sa part.

Régulièrement, elle tient à nettoyer le nez de son fils qui est plein de croutes. Lui recule, finit par lui prendre le doigt (elle se laisse faire) et le mordre franchement. Elle ne réagit qu'avec les yeux. De la haine ?

Je descends là. Au revoir de la main, "Au revoir Madame, bon courage hein" avec une tentative de sourire dans la voix. Elle répond d'un signe de tête.

Sur le quai, dans les couloirs, je pense à la suite de leur trajet, de leur relation, à leur histoire, ensemble et séparément


Elif SHAFAK Soufi, mon amour

Marie-Hélène LAFON Histoires


Je me crois encore en séance ce soir, mais cette fois c'est une maman qui "bosse" avec sa petite fille (3 ans ?) : Promenons-nous dans les bois, Ah les crococo, Petit escargot, tout le répertoire y passe.

La mère a un fort accent (philippin ?) et, comme sa fille, elle connaît TOUTES les paroles de TOUS les couplets !

Ce sont de vraies professionnelles de la comptine et de la joie que l'on entend encore dans leur voix alors qu'elles s'éloignent dans un couloir


Chantal THOMAS


14 juillet, une Américaine (adulte) avec d'énormes claquettes à fourrure bleu blanc rouge 😳


LINK

GILBERT Comme par magie


Un homme monte dans le wagon bien plein en tenant son fils (2 ans?) dans les bras. Ils discutent entre eux, passant du français à l'allemand mais une phrases revient souvent "je veux sortir".

Le père explique, s'excuse auprès de moi de la proximité physique (pas trop le choix). Je poursuis ma lecture mais c'est vrai qu'on est un peu collés. Du coup, à un moment, l'enfant veut me toucher (les cheveux?). Il tend sa petite main vers moi comme s'il s'agissait d'une expérience exceptionnelle tout en la retenant à une certaine distance. Je me marre. Le père a un geste de recul et s'excuse à nouveau.

On discute un peu, puis ils descendent.

Tous ces visages pleins de masques, quelles perceptions de l'autre peuvent-ils contribuer à construire ?


Koyoharu GOTOUGE Demon slayer

Delphine HORVILLEUR Vivre avec nos morts

Collectif ENOKI Un dîner fermenté


Cette fois encore, je crois bien que c'est la première fois que j'assiste à une telle scène.

Le métro est bondé et il fait très chaud. Beaucoup de retours de soldes et pas mal de touristes.

Je suis en train de lire quand j'entends un cri. Je reconnais la voix d'une enfant handicapé. J'essaye de ne pas y prêter trop attention. Mais ça recommence et ça recommence. On sent l'agitation monter, chez l'enfant et chez les passagers qui regardent bizarrement tout en chuchotant entre eux. Pression maximale.

Quelqu'un finit par laisser une place assise à la mère et la fille (5 ans?) qui continue à crier, s'agiter et tirer le bras de sa mère pour sortir. La mère dit que non, c'est pas maintenant, c'est bientôt, assieds-toi, etc. en s'efforçant de ne pas croiser du regard qui que ce soit.

Puis la petite se met debout et se fait pipi dessus, beaucoup, toute habillée, en criant et pleurant pendant que tout le monde regarde affligé.

Je m'approche (j'étais pas trop loin), commente "Ah, la pauvre, elle voulait sortir pour faire pipi..." La mère me répond qu'"Elle ne parle pas". "Oui, j'ai remarqué."

L'enfant continue à s'agiter, manifestement très malheureuse de s'être fait pipi dessus, trempée, mal à l'aise dans ses vêtements. Ses pleurs ont changé mais elle n'arrive toujours pas à s'asseoir. Puis, vient enfin le moment pour elles de descendre et l'enfant s'apaise un peu.

Je n'espère alors qu'une chose, qu'elles n'aient pas de correspondance


Christina LAUREN L'anti lune de miel


Un petit garçon (8ans ?), un bras dans le plâtre et si câlin avec sa mère


Dan BROWN Da Vinci code

PASTEF (où j'apprends sur mon téléphone qu'il s'agit d'un parti sénégalais sans retrouver le livre dont je vois la couverture)

Stefan HERTMANS Le cœur converti

Kathetine PANCOL

Pierre LEMAÎTRE


Dialogue entre une mère et son enfant (un an?) :

- Ah mé ah ma a bouma (la maman :

- Abouma

- Papa

- Assis

- Assi

- Oui assis

- Chésso

- Oui c'est chaud

- Mé

- Bien fait pour toi

- Na na

- Mais si

Pleurs un peu forcés et qui s'arrêtent vite. Finie la curiosité pour un petit moment

Puis la mère s'adresse à nouveau à lui, doucement :

- On descend à la prochaine, non pas ici, à la prochaine. On descend

- Ate

- On descend, charonne

- Sane

- Charonne

- Ate


FERNANDEZ


Un garçon (10 ans ?) dans le bus supplie ses parents de s'arrêter pour monter dans la grande roue des tuileries qu'il voit par la fenêtre, ce qui ne fonctionne absolument pas


Le petit garçon (3 ans ?) qui se caresse l'oreille en tétant un biberon de lait. Il lutte contre son sommeil et regarde dehors tout ce qu'il peut (bus encore) puis finit par s'allonger sur sa mère qui le caresse à son tour


Par la fenêtre : les 2 parents et leurs 3 enfants vêtus dans un même tissu jaune et vert, presque fluo


Un concours de pick pockets (bus à touristes)


Colin DYE (patronyme adéquat) La parole de dieu dans ma bouche


Le retour tant attendu du combo chaussettes claquettes...


William BOYD

Nora ROBERT'S


Je lis une page par-dessus une épaule et prends avec moi-même les paris pour un MODIANO (c'est tout plein d'adresses parisiennes sur la page). Et c'est... Gagné!!! Accident nocturne

A propos de paris, si vous aimez les jeux et que vous fréquentez le blog depuis moins d'un an, n'hésitez pas à tenter votre chance au Jeu des 7 erreurs littéraires de l'été dernier !


Lisa GARDNER

L'Europe aux concours