top of page

Plath / Hugues

Dernière mise à jour : 1 juin

Janet MALCOLM

La femme silencieuse

Sylvia Plath et Ted Hugues. Un récit

Traduit de l'anglais par Jakuta ALIKAVAZOVIC

Éditions du sous-sol


Plus que sur la vie de ces deux poètes, c'est sur la complexité à biographer qu'écrit Janet Malcolm. Elle décortique les points de vue, prises de position et angles morts des différent.e.s biographes de Plath.


Elle questionne à sa façon leur éthique et leur rapport à la vérité.


D'une certaine manière, sa démarche la place en surplomb de celles et ceux qui l'ont précédée. Pourtant, elle ne nie pas le fait de prendre elle aussi partie, plutôt pour Hugues en l'occurrence, ce qui ne signifie pas contre Plath.


Elle cite de nombreuses conversations avec les différents protagonistes, des extraits de lettres glanées dans des archives publiques, des poèmes aussi ou encore des extraits des biographies dont il est question.

Ainsi, une certaine Olwyn, sœur de Hugues, qui fut longtemps exécutrice testamentaire de Plath est très présente dans le "récit" et Malcolm retranscrit pas mal d'échanges qu'elles ont eus.


Notons que le livre est sorti aux Etats-Unis en 1994, soit plus de 30 ans après la mort de Sylvia Plath. Pour la version française, il aura fallu attendre 2023. Ça tombe bien, il n'est jamais trop tard pour publier un bon livre.


Comme Olwyn et Hugues, Malcolm déplore la tendance fouille-merde des biographes de manière générale, et de ceux de Plath en particulier (le suicide, ça vend bien). Elle met ça en parallèle avec les attentes financières des auteurices (je kiffe ce mot) et éditeurices (pareil).


A ce sujet, la résolution d'un malentendu avec Hugues grâce à un mot illisible tiré d'une lettre de la mère de Plath est vraiment excellent.

NB : si vous n'avez pas compris, c'est normal, mais je vous assure que c'est top. Il faut juste lire le livre jusqu'à la fin (ou ne lire que la fin éventuellement).


Là encore, Malcolm se place en surplomb mais ne nie pas d'être prise elle aussi par des enjeux financiers et éditoriaux, estimant que c'est nécessairement le cas du fait de "la fissure par laquelle nous tous, voyous du monde de l'édition, nous engouffrons." (p. 232)

Allez, mange !


Pour certain.e.s des biographes, il est également fait mention de leur opportunisme à publier - si possible des horreurs, donc - sur Sylvia Plath et Ted Hugues, simplement parce que cela leur donne l'occasion de vendre ensuite leur propre prose.


Un autre point théorique et passionnant du livre est cette histoire de vérité et non-fiction. Pour Malcolm, la vérité en littérature ne peut se trouver que dans la fiction car "dans les œuvres d'imagination, nous n'avons pas à envisager de scénarios alternatifs : ils n'existent pas. C'est ainsi et c'est tout. Ce n'est que dans la non-fiction que la question de savoir ce qui s'est passé, ce que les uns et les autres ont pensé et ressenti, reste ouverte." (p.172)


Pour finir, il est quand même pas mal question de Plath dans le livre mais on évite les tentatives malheureuses d'interprétation. C'est son rapport à l'écriture qui est évoqué davantage que sa vie, ou sa vie dans ce qu'elle a comme rapport à son écriture.


Plus qu'un récit, on a affaire ici à une métabiographie. Après lecture, on se demande si ça ne devrait pas être le cas de toute biographie a priori ?

Une chose est sûre, comme souvent le non-fiction américaine, c'est très bien mené et ça fait réfléchir, même quelqu'un qui ne s'intéresse pas aux biographies...


Ah oui, une dernière remarque au sujet de l'excellente traduction qui rend la lecture de ce livre très agréable. Sur ce blog, c'est la deuxième fois qu'il est question d'un livre traduit par Jakuta Alikavazovic.

Un hasard ?

PS : Si vous n'avez jamais lu Sylvia PLATH, je vous conseille chaudement Ariel

Si vous n'avez jamais lu Ted HUGUES, je vous conseille les Birthday letters


Liste des lectures métropolitaines du mois de septembre 2023 :

Janet MALCOLM La femme silencieuse Sylvia Plath & Ted Hugues

J.K. ROWLING Harry Potter

Virginie DESPENTES Apocalypse bébé

Alona KIMHI Moi Anastasia

M. J. CARTER Maharajah


CONAN DOYLE Le chien des Baskerville

KAFKA La métamorphose

Ken FOLLETT Un monde sans fin (pavé qui sert de support à un téléphone)

MOREL et COUTERON Les drogues et les addictions Comprendre, prévenir, soigner

Valérie PERRIN Trois


David FOENKINOS Numéro deux

On discute avec la voisine de strapontin qui lit ce livre : "il n'y a pas de fin, c’est très bien, mon mari a été très déçu, bonne soirée."

Pas le temps de dégainer un flyer du blog, en plus ils sont restés au bureau 😎

Marc DUGAIN Paysages trompeurs

Paolo COEHLO

Driven to distraction

Philip ROTH Ma vie d’homme

Aurélie JEAN Résistance 2050


Christelle BAKIMA POUNDZA Corps noirs : Réflexions sur le mannequinat, la mode et les femmes noires

Agatha CHRISTIE Le train bleu

Maud ANKAOUA Respire

Agatha CHRISTIE Œuvres complètes (un sacré pavé !)

Tad WILLIAMS La légende du noble chat Piste-fouet


Yannick NYANGA et Aurélie JEAN Data et sport : la révolution

La mémoire de l’eau (plein de livres avec ce titre... auteur unknown)

Imbolo MBUE Voici venir les rêveurs

Leïla SLIMANI Regardez-nous danser

Marcel PROUST Du côté de chez Swann


Harlan COBEN Sans défense

Susannah DICKEY Tennis lessons

L’ABCédaire de Klimt

Thomas SAUVAGE Le pouvoir du chien

Marc LEVY Vous revoir


La chronique de Tabarhi, l’ère islamique

Céline DENJEAN Matrices

Jacqueline FLEURY-MARIÉ Résistante

Louisa May ALCOTT Les quatre filles du docteur March

Paul WATZLAWICK Faites vous-même votre malheur


HOOVER Cœurs et âmes

François REYNAERT La grande histoire du monde

Lawrence GOWING Cézanne La logique des sensations organisées

Zouleikha ouvre les yeux

Pierre LEMAÎTRE La famille Pelletier


Toni MORRISON Beloved

Sarah PERRY Le serpent de l'Essex

Malcolm GLADWELL What the dog saw

Valérie PERRIN Trois

Alice ZENITER L’art de perdre


MAUPASSANT Le Horla

Dany LAFERRIÈRE Tout bouge autour de moi

Pierre LEMAÎTRE Le grand incendie

Cathy GLASS Nobody’s saw (à part le dog peut-être... cf.plus haut)

Eric-Emmanuel SCHMITT


(Penser à ne pas inventer une appli qui reconnaisse les couvertures de livres au risque de devenir complètement monopolisée par cette affaire des livres dans le métro.)


Fred VERGAS

Miguel BENASAYAG et Angélique del REY Éloge du conflit

Ruwen OGIEN L’influence de l’odeur des croissants chaud sur la bonté humaine

Alix E. HARROW Les dix mille portes de January

John KENNEDY TOOLE La conjuration des imbéciles


Tous les livres m’échappent aujourd’hui (au moins 6) ! Boutés hors de ma liste par des gestes incongrus ou ma vue qui faiblit.


Eric-Emmanuel SCHMIDT

Danielle STEEL

Fernand POUILLON Les pierres sauvages

BARDO-THÖDOL Le livre tibétain des morts

Un très grand et jeune gaillard laisse sa place à une toute petite dame toute contente


BENOÎT XVI La parole du Seigneur (en direct)

Neige SINNO Triste tigre

DOSTOIEVSKI L’idiot

Stefan ZWEIG Fouché

Samuel BECKETT En attendant Godot


Claire BEREST Rien n’est noir

Philippe SANDS The ratline Love, lies and justice on the trail of a nazi fugitive

Sorj CHALANDON


Pas moins de 4 gagnant.e.s ce mois-ci, avec à chaque fois 2 occurrences :

Valérie PERRIN, Pierre LEMAÎTRE, Agatha CHRISTIE et Aurélie JEAN (qui est "numéricienne")


Et que vive les éditions du sous-sol !!!!

Des nouvelles (anciennes) du blog :


Et puisqu'il est apparu dans la liste ce mois-ci, retour sur un des premiers post de ce blog, En attendant Beckett, et son petit camarade En attendant Beckett (acte 2), les deux dans la catégorie free style. Dans ce dernier post, il est aussi question de l'écrivaine iranienne Négar DJAVADI et de son superbe livre, Désorientale, sorti en 2016 chez Liana Levi.


Comentários


bottom of page