Lecture métropolitaine au carré

Assise dans le métro, je lis un livre sur ce que lisent les passagers du métro et du RER !


Il s'agit de Notre dernière sauvagerie d'Eloïse LIÈVRE aux éditions Fayard.


Je l'ai lu en avant-première grâce à Maïté de la librairie Le Roi Livre qui connaît l'existence de ce blog et qui y a pensé en recevant Notre dernière sauvagerie  ;)


Egotistement, j'essaye de me retrouver dans le livre, et surtout dans les livres cités. Nous sommes-nous croisées avec Eloïse ? Elle avec son calepin, moi avec le mien ?


L'auteure a passé 3 années à photographier les lectures des gens qu'elle croisait dans les transports, et puis, elle en a fait un livre (sans photos). Un livre sur les livres, un livre sur l'amour - ou sa fin -, un livre sur elle.


Elle raconte qu'elle s'est vraiment autorisée à prendre des photos des passagers (en évitant leur visage et en ciblant sur leurs mains, et surtout leurs lectures) après les attentats de 2015.


C'est à ce moment-là aussi que j'ai commencé à recenser les livres que je croisais lors de mes nombreux trajets. J'avais besoin de m'appuyer sur eux pour éviter que le monde autour se transforme en menace. Peu à peu, c'est devenu un jeu, une habitude, un TOC.


Elle raconte ça aussi Eloïse LIÈVRE, avec ses mots qui n'ont rien à voir avec les miens, comment c'est bonheur de rencontrer un livre que l'on aime, de découvrir une couverture qui nous échappait, de parvenir à lire un nom d'auteur à l'envers ou dans le reflet d'une vitre, de reconnaître une édition appréciée.


On a les excitations et les bonheurs qu'on se fabrique !


J'avais bien essayé de faire un livre avec ma première année de recensement. Je n'y suis pas parvenue. Alors, je me suis mise au blog, une alternative. Eloïse, elle, elle l'a fait son livre ! Et ça vaut le coup de le lire. Son œil paraît si aiguisé, si prompte à voir des scènes et des tableaux là où il n'y a que du réel, qu'un moindre lecteur de train de banlieue devient tout un poème.


Dès le début, je m'identifie à l'auteure. Elle lit dans le bain, elle lit ERNAUX, elle lit ERNAUX dans le bain, plouf ! Son KESSEL, auteur redondant de sa recherche, est mon KERTÉSZ. Elle est frustrée par les livres couverts (SVP, lecteurs du métro, ne faites pas ça !). Elle achète compulsivement des livres qu'elle commence pour ne pas les finir, et elle en met partout autour de son lit. Elle lit au lit.


Elle observe, décrit, associe, et nous, lecteurs et lectrices, du métro ou d'ailleurs, nous la suivons pas à pas. Démonstration :


Mon train gris de banlieue, matin. Je reconnais un livre des éditions du Tripode entre les mains du jeune homme en face de moi. Je prends une première photographie, une deuxième, je cherche l'angle, le cadre. J'observe le résultat sur ma petite machine. Imprimée sur le tee-shirt du lecteur, une grosse et blanche tête d'ours s'incline légèrement, si bien qu'il n'est plus le seul à lire ce livre brun sur lequel une salamandre ailée prend son envol, l'ours lit avec lui, ce n'est pas par-dessus son épaule mais tout comme. Je reprends la photographie, nouvel angle, nouveau cadrage, il suffit d'un petit rien, de réduire à peine la distance, pour que sur l'image à présent, un ours blanc dans un train en partance de Saint-Lazare soit plongé avidement, grâce au jeune homme qui lui prête ses mains et lui tient le livre ouvert comme à un enfant, dans la lecture de L'homme qui savait la langue des serpents de l'Estonien Andrus Kivirähk, et qui, outre l'histoire du dernier reptilophone, raconte aussi celle de sa sœur, qui tomba amoureuse d'un ours.


A vos librairies !


Pour en savoir plus sur son travail, vous pouvez consulter @eloise.lievre sur FB ou @eloiselievre sur instagram.


Et maintenant, la liste tant attendue des lectures métropolitaines du mois d'août, dont le début a été publié en exclusivité sur instagram par un compte génial, j'ai nommé @delistes :


Abir MUKHERJEE L'attaque du Calcutta-Darjeeling Agatha CHRISTIE Laetitia COLOMBANI Les victorieuses BETTY Joël DICKER Françoise BOURDIN Stephen KING Carie ORWELL 1984

J'ai la vue qui baisse !!!

DICKENS Un conte de deux villes Delphine HORVILLEUR Réflexions sur la question antisémite Rick RIORDAN Percy Jackson Harlan COBEN Mauvaise base

Juliette KATZ T'es bonne bébé J'imagine que c'est ironique, ou même peut-être critique, mais ce titre, ça fait quand même un peu mal aux yeux...

Je fais tout un mic mac de changement de place, tout ça pour atterrir sur un Guillaume MUSSO en poche... Y'a pas de justice ! Un supporter du PSG lit un manga

Joël DICKER L'énigme de la chambre 622

Enfin, je crois voir un livre dans le reflet de la vitre. Bingo, il y avait bien une lectrice, et c'était moi... Toujours, dans le métro d'en face, il y a des livres, mais je suis dans le métro d'en face de celui d'en face, celui où il n'y en a pas. Un gros livre d'étude doré ? MBA dit-il

Jojo MOYES Après toi OLSEN

Le principe selon lequel plus les livres sont vendus, plus les noms de leurs auteurs sont écrits gros sur la couverture

Pierre LEMAÎTRE Au revoir là-haut Elena FERRANTE Alain de BENOIST Ce que penser veut dire Stephan ZWEIG Le joueur d'échecs Amos OZ Une histoire d'amour et de ténèbres BAOSCHU La rédemption du temps. Le problème à trois corps x

Pour info, n'appelez pas votre prochain bouquin Rédemption, c'est comme Le cri, il y en a des foules plus un tas

ORWELL La ferme des animaux Ça nous change un peu de 1984 René LAURENTIN Vie de Catherine Labouré Paolo COELHO Créer et gérer votre SCI Bernard WERBER

Dans le métro, le mec qui m'offre le monde des livres 💛 parce que j'ai osé lui poser une question sur l'article qu'il lisait, chose que je ne fais jamais !

David FOENKINOS La délicatesse Philip ROTH J'ai épousé un communiste

Et dire que j'ai failli me déplacer à vélo !!!

L'article dans Libé sur Violet GIBSON de Robert MCLIAM WILSON me donne envie d'en savoir plus sur lui (il parle du "zénith d'une longue histoire de médecine punitive contre les femmes" et aussi d'un "autre morceau de féminité problématique remisée du XXème siècle" au sujet de Lucia JOYCE, internée un moment dans le même asile que ladite Violet qui a quand même essayé d'assassiner Mussolini.

Une jeune femme :

13 things mentaly strong people don't do (je sais pas pourquoi, je parierais que je les fais toutes) Et son voisin :

23 things they don't tell you about capitalism

#transportslitteraires

#eloiselievre

5 commentaires