Mind the gap between the train and the platform

Mis à jour : 1 mai 2019

Un soir, chez Jimena et Peter, j'ai rencontré Vivienne. Nous avons parlé théâtre et plus si affinités. Nous étions là pour ça, avec Cyril et Mélodie. Comme nous ne nous connaissions pas, chacun et chacune s'est chargé de se raconter – un peu. Peter veut les mettre en scène, avec Michel qui les a rejoints depuis, dans Un feu quelque part (si vous soutenez le projet, tapez 1).


Vivienne m'a fait beaucoup rire ce soir-là, voilà pourquoi.

Tout d'abord, il faut dire que Vivienne est comédienne et qu'elle a incarné tout plein de rôles au théâtre. Elle a joué dans Shakespeare, Beckett et autres, et puis, elle a aussi été la Reine d'Angleterre au cinéma ! Vous l'avez sûrement déjà vue, ou entendue car elle commente régulièrement des documentaires (elle a une très belle voix). Ce soir-là, j'ai appris qu'elle possède un art de raconter bien acéré. Elle a d'ailleurs écrit un roman, The Barefoot Road, et de la poésie. Et si vous prenez le métro, elle vous a déjà avertis de “Mind the gap between the train and the platform”.


Bref, nous parlions de tout ça quand elle a évoqué quelques anecdotes à propos du métier de voix.

Les faits ont lieu en Angleterre – et vous verrez qu'il ne pouvait en être autrement – à une époque où Vivienne y vit et y travaille encore. Il se trouve qu'elle est en plein divorce. Pas de quoi rigoler a priori, et puis c'est compliqué. Pourtant, au milieu du fouchtra, elle trouve un motif de satisfaction inédit quand son futur ex lui explique au téléphone qu'elle peut garder leur ancienne voiture.


Elle est contente pour la voiture, mais ce n'est pas le plus important. Il s'en est acheté une autre, et pas n'importe laquelle, une BMW (ou une Audi, je ne me souviens plus), dernier modèle bien sûr. C'est là que Vivienne biche intérieurement. Elle la tient sa revanche ! Imaginez un peu, à chaque fois que celui qu'elle déteste pour l'avoir quittée aura oublié de mettre sa ceinture, de bien fermer une portière, de desserrer son frein à main, il entendra une voix dans l'habitacle. Et cette voix, et bien c'est elle qui l'a enregistrée quelques semaines plus tôt, une voix douce et suave qui se chargera de faire à cet homme tout un tas de remontrances dès qu'il sera au volant...


Qui dit mieux ?


Et c'est encore Vivienne qui fait monter les enchères, mais cette fois nous sommes à Paris, dans le métro. Ou plutôt, c'est elle qui s'y trouve et assiste à cette scène. Face à elle, une enfant curieuse et sa mère malhumorée.

Quand la petite entend « Attention à la marche en descendant du train » suivi des traductions de rigueur, elle lève le nez pour demander à sa mère.

- Elle est où la dame qui parle ?

Ce à quoi elle s'entend répondre avec mépris que

- Ben, elle est pas là, c'est une voix enregistrée !

Sous-entendu, pauvre imbécile.

- Ah, dit l'imbécile (je reconstitue).


Qu'a pu comprendre l'enfant de cette réponse ? Mystère. En revanche, elle a bien compris une chose, c'est qu'elle ne peut pas continuer à poser des questions débiles comme ça...

C'est alors que Vivienne, qui doit descendre, intervient et s'approche de la petite. La dame qui parle, c'est moi, « Mind the gap ! » Et de les laisser toutes deux la bouche prête à gober de la mouche.

Presque tous les jours, j'entends Vivienne me dire de faire attention mais j'ai mis beaucoup de temps avant de réaliser que c'était sa voix. Je me demande pourquoi. Est-ce que je suis comme cette petite fille à toujours chercher un corps derrière la  voix ?


Quoi qu'il en soit, pour cette espèce dont nous faisons partie, celle des lecteurs, la voix de Vivienne et celles de ses collègues nous mettent en garde : Attention en descendant du train, ouais, Mind the gap, déconne pas ! Lève les yeux de ton livre quand tu sors de la rame ou tu risques de te faire manger la jambe par le vide entre le quai et la marche du train. Chose très flippante.


Si je vous dis que ça m'est déjà arrivé de me retrouver avec une jambe entre le quai et le train jusqu'en haut de la cuisse, vous me croyez ? Pourtant, c'est vrai. A cette époque, dans le RER, il n'y avait pas Vivienne pour me prévenir.



Woman on the train

Du 8 au 15 avril, in the métro :

Gay RADEMARCH ? ... docks

Jay Mc INERNEY Le dernier des...

William SHAKESPEARE Comme il vous plaira On reste dans le mood anglais

Firefox

Bernard MINER Une putain de ??

W. DYER

Michelle OBAMA Devenir

SCALZI

Un livre en chinois

Nicolas MATHIEU Nos enfants après eux

Créer et lancer sa propre marque de mode

Les livres qui ont changé le monde

Est-ce que Créer et lancer sa propre marque de mode est l'un des livre qui a (va) changer le monde ? #thisisthequestion


Un livre en arabe

Trevor NOIR (???)

Virginie DESPENTES Vernon subutex

Carson McCULLERS La ballade du café triste

Mary HIGGINS CLARK

Larry CORREIA Warbound

Un manga qui commence par Tokyo, ce qui paraît assez logique

Mathias ENARD

Calendar girl

Un manga avec Neverland dans le titre. Déjà, c'est un peu plus surprenant. S'agit-il donc d'un manga sur Mickael Jackon...? #thisisthequestion


STEINER Présumée disparue

Une boîte à livres à l'arrêt du tram sans aucun livre dedans.

Hypothèses (plusieurs réponses sont possibles) :

1) Personne n'a jamais déposé aucun livre dans cette boîboîte.

2) Les gens qui ont emprunté les livres pour les lire n'en avaient pas à mettre en échange et n'ont pas encore fini de les lire.

3) Quelqu'un déguisé en lecteur passe tous les matins pour faire le tour des boîtes à livre des stations de tramways et revend sa récolte sur internet.

4) Ce genre de bonne idée ne peut fonctionner que dans un pays nordique.

Une lumière a oublié son sac dans le métro. Résultat, tout le monde dehors !


Jérôme CAMUT Nathalie HUG

Un livre en japonais

Neal STEPHENSON Le samouraï virtuel

Erri de LUCA Le plus et le moins

How to win friends and influence people

Le meilleur ami de Créer et lancer sa propre marque de mode

L'officine universelle dans une très vieille édition


Des jeunes "smurfent" sur le parvis de hôtel de ville. Le musique alterne entre des phases d'électro planante et du vrai rap bien scandé. Pour la danse, on dirait un mélange de rap old school (d'où smurf) avec des éléments qui s'apparentent à de la danse contemporaine. Il s'agit sûrement d'un genre qui existe mais dont j'ignore tout. Mais c'est agréable de pouvoir regarder ce spectacle avec les touristes en attendant le bus.


KORNFIELD La sagesses du cœur

Cyril DION Petit manuel de résistance contemporaine

JK ROWLING Harry Potter

Mary HIGGINS CLARK

Laure DESLANDES Le collège des chercheurs de citrouilles

Naissance d'un fléau

2 commentaires