top of page

A la piscine

Dernière mise à jour : 1 juin

Les jeunes filles se préparant pour la baignade. Entrer leurs longs cheveux en chignon dans leur bonnet, tout un art me faisant penser dans les gestes à des tableaux de Bonnard, bras levés derrière la tête, chevelure en vrac, cou libéré, dos aligné et coude levés formant un papillon. Le clou émotionnel du spectacle, quand 3 des copines viennent dans un même mouvement, probablement habituel, aider la 4ème à organiser sa très volumineuse chevelure de métisse. Une pour la tresser, une autre pour étirer son bonnet, c'est un ballet bien rodé des corps amis.


Plus proche de moi, un groupe mixte d'ados. Les garçons se plaignent de se sentir à poil dans leur maillot moulant, le seul autorisé à la piscine, se plaignent de devoir mettre un bonnet. Et ça rigole en pagaille, sans se moquer de personne, ce qui est assez rare pour être noté.


Les 3 gaillards qui font de la muscu derrière un buisson avec le matériel qu'ils ont apporté.


Des gens seuls, comme moi, il y en a pas mal. Le bronzage semble être l'occupation prioritaire, ensuite viennent le téléphone, la lecture ou rien.


Les 2 copines qui se désespèrent de ne pas pouvoir prendre un café à la machine. Voici l'équation : X = la cafétéria fermée, Y = la machine à café est à l'extérieure de la piscine, Z= toute sortie est définitive. Résultat : impossible de prendre un café sans sortir de la piscine et devoir repayer son entrée. Elles cherchent inlassablement une solution.


Ici, comme ailleurs, les corneilles.


Les mecs vraiment très attentifs à leur apparence : bronzage, muscles, coupes de cheveux. Ils sont plutôt flippants. On ne veut même pas savoir l'état de leur égo et imaginer leur façon de traiter les femmes. Rien qu'à la manière dont ils les regardent et se permettent de commenter leur corps, on en devine déjà trop.


Mes voisines de serviettes sont parvenues à obtenir leur café avec l'aide d'une employée, non sans s'être d'abord pouillé avec les autres.


Les longueurs. Profitez de l'affluence relative.

Mon téléphone laissé dans le casier, avec mes sandales. Me manque-t-il ou en suis-je soulagée?

Ma serviette que je déplace inlassablement pour éviter le soleil.


La fille au maillot jaune et à la peau déjà noire. Bronzeuse, est-ce un métier ?


La dame dont la chaise longue s'écroule dès qu'elle s'assied mais qui, heureusement, ne se fait pas mal.


Les mômes heureux.


Les paquets de springles obligatoires.


Les hommes qu'on entend jouer aux boules de l'autre côté de la barrière et ma serviette qu'il faut encore déplacer.


La satisfaction d'être seule.


Mes "copines" qui racontent leur aventure de café à leur voisin de serviette - de l'autre côté - comme si le café de la piscine était un service public.

- En même temps, ils ouvrent la cafète quand ils veulent, alors bon...


Celui qui va de-ci de-là dans la piscine extérieure, intérieure, pour faire un genre de sécurité. Il est costaud mais plutôt arts martiaux que muscu. En mode peur de rien, surtout pas des relou de service (qui ne mettent pas leur bonnet, jouent à se s'entre-noyer, font une bombe à côté des petits ou des vieux). Il parle avec tout le monde, pas menaçant pour un rond. Il ne porte pas le tee-shirt de la piscine. Je me demande s'il bosse vraiment là ou si c'est juste une sorte d'habitué qui se fait sa place.


Ce n'est pas bondé, mais je me demande quand même d'où sortent tous ces gens, comme moi, qui ne bossent pas en plein journée, en pleine semaine, et alors que les vacances n'ont pas encore officiellement commencé.


Pourtant, les crèmes, les maillots, les serviettes, les selfies, et moi qui oscille sans le vouloir entre plaisir, ronchonnement et observation, on y est !


En juillet, les livres croisés dans le métro sont... :


Maud VENTURA Mon mari

Son livre est dans les wagons (pas la première fois que je le croise), mais aussi sur les murs du métro. Sa sortie en poche annonce un second carton !


Eilliam MORRIS L’âge de l’ersatz

Yasmina KHADRA Les vertueux

Philippe GINESTET La vie est une idée de génie

Sorj CHALANDON Le jour d’avant

KAFKA La métamorphose

Jean FAILLE (un pseudo de Kafka ?)

Joseph KESSEL Le tour du malheur

Christelle DABOS Le passe-miroir

MAUPASSANT Bel-Ami

Bernard MINIER

Inès de la FRESSANGE La parisienne

Christelle DABOS Le passe-miroir

Françoise SAGAN Un profil perdu

Jonathan COE Le royaume désuni

Les linguistes atterré.e.s Le français va très bien, merci

Florence SEYVOS La sainte famille

Karl MORTON

GRANGÉ Lontano

Franck HERBERT Heretiques of Dune

Gérard COLLIGNON Comment leur dire… La Process Communication

Maud ANKAOUA Kilomètre zéro

Anne JACOBS La tempête de la villa aux étoffes

Ana HUANG Twisted games

Anne BEREST La carte postale

PAVIČIČ

Anna GAVALDA

Sophie CHAUVEAU La fabrique des pervers

Pierre LEMAÎTRE

Revue Point de chute VI

Lisa SEE

HERO Horimiyia

Cristina ALGER Au nom de nos sœurs

KAWAKAMI Heaven

Edouard LEVÉ Suicide

Delia OWENS Là où chantent les écrevisses

En finir avec la cigarette (le jeune mec qui lit ça s’endort littéralement dessus)

Andrei KOSOVEI La chute de l’union soviétique

Stephen KING

Emmanuel CARRÈRE Limonov

Une femme lit une immense livret de partitions.

Lucy FOLEY L’invité(e) de trop

Harli MORGAN Message des hommes vrais au monde mutant

Elsa MARI Génération bistouri

Alice ZENITER L’art de perdre

Marie VAREILLE Désenchantées

Elena FERRANTE L’amie prodigieuse

Jean-Baptiste ANDREA Veiller sur elle

Power

DAMASIO

La Bible

Denis GRANJOU Thomas PESQUET

AL-GHAZALI Les joyaux du Coran et ses perles

Igal SHAMIR Le violon d’Hitler

Nicolas DRUART L’enclave

Georges ORWELL 1984


Un jeune sapeur, costard bleu clair, chapeau bleu canard.


La gagnante est donc Christelle DABOS avec la série des passe-miroir que je croise assez régulièrement. Ne venez pas dire après ça que les jeunes ne lisent pas.


Ophélie n'était bonne qu'à lire. Si on lui retirait cela, il ne restait d'elle qu'une empotée.


Citation prise sur Babelio et issue du tome 1, Les fiancés de l'hiver

Gallimard Jeunesse

2013


Postscriptum : j'espère que, s'il y a des personnes daltoniennes qui nous lisent, cette alternance de couleurs censée faciliter la lecture des listes n'est pas gênante.


Des nouvelles du blog :

Où il était question du collage d'affiches : un spectacle de métro très prisé


Comments


bottom of page