Voir Caravage et mourir (ou pas)


Toutes mes excuses à celles et ceux qui n’auraient pas vu l’exposition "Caravage à Rome. Amis et ennemis" au Musée Jacquemart-André (elle est finite). Vous pouvez toujours vous venger sur le catalogue (ou faire des recherches sur internet) mais bon… ça ne fait pas le même effet.


Je passe sur les détails, l’attente, le monde, les petites salles, etc. Je relève que le personnel, du monsieur à l’entrée aux dames de l’accueil et plus si affinités sont très aimables. Travailler dans un musée rendrait-il sympathique ? Même des français ?


Mais passons puisque l’essentiel était sur les murs : Judith, saint Jean-Baptiste au mouton, Madeleine à l’orgasme (collection particulière !!!! Il y a donc des gens qui ont un Caravage chez eux...), Jésus à Emmaüs avec une aura qui sort de la toile, et les autres. Les titres originaux, ici remasterisés par mes soins sont en réalité : Judith décapitant Holopherne (regardez la vieille servante), Le jeune saint Jean-Baptiste au bélier (regardez la pose), Madeleine en extase dite "Madeleine Klain" (regardez la bouche), Le Souper à Emmaüs (regardez le regard du Christ), et aussi Saint Jérôme écrivant (regardez la répartition des couleurs comme si c'était un tableau abstrait), Ecce Homo (regardez la peau), Bacchus (regardez les raisins), etc. En tout, une dizaine de toiles du maître en un seul et même lieu ! Il est possible de s'attarder longtemps devant chacun d'entre eux tant il y a à voir. Ils nous transportent tous dans un monde parallèle fait à la fois de beauté, de violence, de mythes, sexualité, natures mortes, tissus, lumière mais surtout d'humanité. Un monde de peinture qui semble en un sens plus réel que les gens en chairs et os que nous sommes regardant ces miroirs déformants de l'histoire. D'où une sorte de vertige. 


Mystique Caravage ?


De nombreux visiteurs écoutaient quelqu’un dans une oreillette ou leur audioguide, ou bataillaient avec pour en saisir le fonctionnement, certains prenaient des photos (primordiale, une mauvaise photo de Caravage !), lisaient les cartels et autres activités muséographiques. Du coup, en se plantant devant un tableau, en faisant abstraction de toute cette activité autour, il était possible de rester un moment à regarder un chef d’œuvre jusqu'à se laisser bouffer par l'émotion.


Quant aux « amis et ennemis » de l’artiste,  ils faisaient bien pâle figure à côté. Seules deux toiles ont vraiment attiré mon attention : un portrait de femme d’Artemisia (Sainte Cécile) et une scène de Ribera (Le Reniement de saint Pierre). C’est d'ailleurs la première fois que je comprends en quoi Ribera était « caravagiste ». Tout le monde s’en fout mais, personnellement, c'est le genre de choses qui me procure une intense satisfaction.


Conclusion, ne ratez pas la prochaine exposition de Caravage. Elle aura sûrement lieu dans un bail (ou ailleurs qu'à Paris) car réunir autant de tableaux au même endroit n'est pas courant tant les musées rechignent à prêter ces toiles. Une séance de rattrapage au Louvre est toujours possible en attendant, il y en a 3 ce qui n'est pas rien. Par ailleurs, en cas de visite au Jacquemart André pour une prochaine exposition (elles valent souvent le détour), ne pas oublier d’aller jeter un œil aux tableaux de l’exposition permanente, parmi lesquels figurent des petits joyaux : de Bellini à Guardi en passant par Rembrandt. Et là, tout le loisir de regarder sans avoir besoin de faire abstraction de l'environnement, personne pour bousculer.





Semaine du 18 au 24 février :

Catherine HERVAIS

Campagnes

Dan SIMMONS

John GRISHAM

Bénédicte BELPOIS Suiza

Gilles KEPEL Sortir du chaos

Alder OLSEN Selfies

Un livre de SF emprunté à la bibliothèque par une jeune fille aux rouges cheveux, oui mais lequel ?

J. K. TOOLE La conspiration quelque chose

Un manga dont je ne vois pas le titre

Une femme avec un casque en forme d'oreilles de chat (ah non, c'est pas un livre mais c'est bien quand même ;)

Romain GARY Chien blanc vite remplacé par

Milan KUNDERA L'insoutenable légèreté de l'être

2 articles d'orthophonie dans le même wagon !

J. R. Dos SANTOS L'ultime secret de quelqu'un, ah merde, du Christ, rien que ça !

Du chaos naissent nos étoiles

Un livre de grammaire (listes de verbes conjugués ou mots déclinés) en...? coréen peut-être (à l'intuition en tenant compte de la forme des signes et du visage du lecteur. Ceci n'est pas une science exacte

L'enfant perdue

Coaching for performance Raaaahhh

David MICHIE Le chat du dalaï-lama (???) (Eh oui, après vérification, c'est bien ça)

Michel HOUELLEBECQ Sérotonine

Un tout petit lit/regarde un très gros manga

Elena FERRANTE L'enfant perdue

Didier Van CAUWELAERT L'éducation d'une fée

HILL Les fantômes du vieux pays

Je cherche à découvrir le titre d'une lectrice du métro qui roule en face. Elle-même lève alors la tête et regarde ce que lit ma voisine. #grandecommunautesilencieuse

Jean GIRAUDOUX La guerre de Troie n'aura pas lieu

Roxana PAEZ La tiza de Poe (la poetiza, j'en reparlerai)

Sylvain TESSON

Un livre dans une langue asiatique que je qualifierais volontiers de japonais

Lise BOURBEAU La Guérison des 5 blessures

Dont, sachez-le, il y a 5 blessures et il s'agit d'en guérir. Je vous mets ci-dessous un petit tableau récapitulatif trouvé sur l'internet qui pourra vous éclairer sur le sujet. On ne sait jamais, ça peut toujours servir. Pour ceux qui sont déjà guéris, la liste continue en-dessous.

Note perso : que la personne qui a traduit ou écrit ce tableau m'explique le choix des pronoms sujets en fonction des cases : tiens le masochiste est une femme ("souvent dégoûté -sic- d'elle-même" ne pouvait évidemment que concerner une femme à la différence des autres énoncés) et le rigide est celui qui écrit ("l'insensibilité ou la froideur de mon parent ont freiné le développement de mon individualité"). CQFD

Howard BUTEN Quand j'avais 5 ans, je m'ai tué (il n'avait pas dû lire la guérison des 5 blessures)

Un manga

Te laisser partir

Alfred de MUSSET Les caprices de Marianne

Amanda STHERS Holy lands

Emilio LUSSU Les hommes contre

Alice FERNEY L'élégance des veuves

Le pays de mon père

Une môme lit un manga tandis qu'une dame révise ses psaumes

Nouvelle histoire du Japon

Ruth RENDELL